Transformation, régulation, quel avenir voulons-nous pour les services immobiliers ? C’est autour de cette question que Nexity a présenté sa Lettre Repères, panorama unique des services immobiliers.

L’émergence de nouvelles technologies et de nouveaux usages impacte directement l’immobilier et impose une agilité constante de la part de tous, particuliers, entreprises, institutionnels, start-up… « S’adapter à ces nouveaux usages, c’est changer notre approche du service et transformer nos métiers : portail de gestion des demandes, outils de visite dématérialisés… Avec la digitalisation, les professionnels peuvent se recentrer sur leur cœur de métier : le conseil »souligne Frédéric Verdavaine, Directeur général adjoint de Nexity et Président des Services immobiliers aux particuliers.

Régulation : transparence sur les honoraires et rénovation énergétique maîtrisée

Pour la 3e année consécutive, Nexity révèle les chiffres clés sur son activité de syndic de copropriété, de gestion locative, et de transaction à travers de sa « Lettre Repères ». La photographie d’un parc de près de 726.000 lots de copropriété au 31/12/2016 nous donne un échantillon représentatif des copropriétés françaises et permet d’établir la décomposition moyenne des charges par grande famille de dépenses.

Les deux tiers du parc géré par Nexity sont constitués d’immeubles de 30 lots. Un peu moins d’un tiers (31%) des immeubles sont construits entre 1949 et 1975 (dits énergivores). 36% regroupent des immeubles plus récents (après 1987) sont mieux isolés et davantage équipés. Rappelons qu’en Ile de France, 75,5% des copropriétaires habitent leur appartement.

Le montant des charges annuelles moyennes par lot s’est élevé à 1582 € pour 2016. Nexity annonce une baisse des charges moyenne par lot de -1,1%. Cette évolution est liée principalement à la baisse continue du poste énergie et fluides qui représente désormais moins de 30% du total des charges en moyenne.

Par contre le poste maintenance et dépannage continue d’augmenter d’année en année et dépasse désormais 33% du total des charges en moyenne, le résultat de l’effet conjugué du vieillissement des équipements et du nombre croissant d’équipements qui impliquent des opérations de maintenance régulières, encadrées réglementairement.

 

Les honoraires de syndic comptent pour 196€, un montant en hausse de 1,03% par rapport à 2015 et correspondent à 12,4% du total en moyenne. « Avec un montant moyen de 16,33€ TTC par mois, les honoraires de syndic restent quasiment stables en 2016. Cette maîtrise du montant des honoraires intervient dans un contexte de bascule des contrats au format ALUR, qui a rendu obligatoire l’intégration de nouvelles prestations aux contrats de copropriété », analyse Frédéric Verdavaine.

Et il précise : « La forfaitisation des prestations souhaitée par le législateur à travers le nouveau contrat de syndic a conduit à une hausse moyenne de nos rémunérations forfaitaires de +13% alors que, dans le même temps, la limitation des prestations particulières réduisait nos facturations annexes de -19%. De telle sorte que, en réalité, l’évolution moyenne théorique des honoraires de syndic est limitée à +1,7% entre les contrats avant Alur et après Alur. Nous sommes donc bien loin des chiffres tapageurs régulièrement relayés ».

Signalons que 86% des contrats des copropriétés gérées par Nexity ont été renouvelés en contrat Alur. La durée maximale du contrat de syndic étant de 3 ans, certains contrats restent encore à transformer d’ici au 1er juillet 2018.

Par ailleurs, le groupe s’inscrit dans une démarche active de maîtrise des charges énergétiques au profit du confort des occupants, à travers des solutions efficaces permettant d’obtenir jusqu’à 60% de réduction des coûts. « Nous militons activement en faveur de la rénovation énergétique autour de trois axes : inciter une nouvelle dynamique de rénovation des logements ; maintenir les aides financières et permettre des modèles innovants ; favoriser les opérations de travaux globales », souligne Frédéric Verdavaine.

Transformation : penser usages plutôt qu’outils

Nexity se transforme pour s’adapter aux usages de ses clients, plus mobiles et connectés. Pionnier sur les services digitaux, le groupe a ainsi déployé de nombreuses innovations en phase avec le mode de vie des clients de plus en plus mobiles et connectés. En voici quelques exemples :

– L’application qui dématérialise des visites d’immeubles. Elle permet aux gestionnaires de planifier les visites, d’y inviter les membres du conseil syndical, d’en faire le compte-rendu en direct et de le mettre à disposition des copropriétaires sous 48h dans leur extranet sécurisé. Cette application est appréciée par 86% des copropriétaires.

– L’offre E-Gérance et le dossier locataire en ligne. Le candidat locataire peut retrouver l’ensemble de ses pièces justificatives sur un espace dédié et personnel, accessible 24/24h et 7/7j. La possibilité pour les clients propriétaires bailleurs de se décharger de la responsabilité comptable, administrative et réglementaire de leur gestion locative tout en conservant la relation avec leur locataire.

– Le premier état des lieux dématérialisé et certifié sur le marché. Un document complet, augmenté de photos, incontestable et valable juridiquement, pour le propriétaire bailleur comme pour le locataire.

– Dans les prochaines semaines : l’E-CONVOC et l’E-PV d’assemblée générale. Déployés sur la base d’une adhésion volontaire et facultative des copropriétaires, il s’agit d’une version 100% digitale de la convocation et procès-verbal de l’assemblée générale mise en place sur le principe de la lettre recommandée électronique certifiée par un tiers achemineur. Ce service garantit gain de temps et de sécurité pour le copropriétaire et économies pour la copropriété.

« Notre engagement, en tant que première plateforme de services immobiliers aux particuliers, consiste à accompagner les nouveaux usages pour apporter toujours plus de conseil et de services. Notre stratégie de transformation a porté ses fruits et nous avons une longueur d’avance sur les services qui favorisent la sérénité dans les copropriétés et le développement de nouvelles solutions, digitales ou non, au profit de l’humain », conclut Frédéric Verdavaine.