En 2016, 39 % des constructions H.L.M. étaient réalisées par des promoteurs immobiliers par le biais de la V.E.F.A. (vente en l’état futur d’achèvement). En parallèle, le prix de construction d’un logement social continue à augmenter. Pourtant les deux éléments ne sont pas nécessairement liés. Les Trois Roches vous explique pourquoi.

Dans un récent document, la Caisse des Dépôts constate qu’entre 2014 et 2016, le coût de la construction d’un logement social a augmenté de 1,2 %. L’organisme impute principalement cette l’inflation à la hausse du prix du foncier, qui a augmenté de 17,5 % entre 2014 et 2016. Cette augmentation est évidemment due à la forte demande, notamment en zone tendue où l’offre est faible. Mais, de façon plus surprenante, elle s’explique aussi par des coûts de travaux de plus en plus importants   » en raison de l’engorgement des voies d’accès » et des difficultés que l’on peut rencontrer lors de construction en zone très urbaine.

L’impact de la VEFA

Dans son rapport, la Caisse des Dépôts souligne bien que le recours à la V.E.F.A. n’a pas pour effet d’augmenter le prix de la construction H.L.M. Cependant, elle insiste sur le risque d’une utilisation de la V.E.F.A. trop importante. En effet, elle indique que le secteur du logement social est fondé sur un savoir-faire spécifique des bailleurs sociaux, qui s’appuie notamment sur une maîtrise d’ouvrage directe.