Les Trois Roches, spécialiste de la gestions de biens immobiliers, vous explique le rôle clé des acteurs de l’immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent.

Qu’est ce que le blanchiment d’argent ?

« Le blanchiment est le fait :

  • de faciliter, par tout moyen, la justification mensongère de l’origine des biens ou des revenus de l’auteur d’un crime ou d’un délit ayant procuré à celui-ci un profit direct ou indirect ;
  • d’apporter un concours à une opération de placement, de dissimulation ou de conversion du produit direct ou indirect d’un crime ou d’un délit.»

L’importance du secteur immobilier

Selon la GAFI (Groupe d’Action Financière), l’immobilier est l’un des secteurs les plus touchés par des tentatives de blanchiment d’argent. C’est pour cela que les acteurs de cette branche sont soumis à de nombreuses obligations, afin d’aider à lutter contre le blanchiment. Hors, dans un récent rapport, la Commission nationale des Sanctions dévoile que 55 % des sanctions infligées entre 2014 et aujourd’hui visaient des intermédiaires immobiliers. Le problème principal vient d’un manque de formation des collaborateurs, cela représente 83 % des sanctions.

Les obligations

Afin de lutter contre le blanchiment d’argent, les professionnels de l’immobilier doivent respecter certaines obligations. Ainsi, il est obligatoire de s’assurer de l’identité du client, en demandant notamment une copie d’une pièce d’identité. Il faudra également obtenir des documents justifiant de son domicile, de sa profession et de ses revenus. Enfin, en cas de soupçons, il est obligatoire de déclarer au Tracfin tout élément douteux. Une non déclaration peut être condamnée par la justice.

Le rôle des Trois Roches

La SCIC Les Trois Roches prend ce risque très au sérieux et a d’ailleurs mis en place cette année une formation autour de ce thème pour tous ses employés.