Le quitus résulte d’une pratique provenant des relations entre le syndic et le syndicat des copropriétaires. Le quitus consiste, pour le syndic, à demander à son mandat de le tenir « quitte » de sa gestion ; c’est-à-dire demander à l’assemblée générale d’attester du bon accomplissement de sa mission.

Le quitus est voté à la majorité des voix exprimées des copropriétaires présents ou représentés.

Le quitus accorde au syndic la décharge de toutes responsabilités, de sorte que la copropriété ne pourra pas intenter de recours à son encontre ultérieurement.

L’absence de quitus n’a pas d’impact sur le contrat du syndic. Il peut donc ne pas être voté, sans que cela ne l’oblige à démissionner.